Déclaration liminaire - CAP du 10 mai 2012

Il n'échappe à personne que la réunion de la CAP de ce jour intervient au milieu d'une semaine politique particulière et sans préjuger des orientations qui seront prises par le nouveau pouvoir exécutif et la prochaine législature, nous ne pouvons que constater aujourd'hui que les réserves soulevées par FO-Direction en juin 2010 étaient belles et bien fondées.

Nous avions alors alerté comme il se doit les DSP du caractère secondaire de multiples groupes de travail concernant la filière, préalable selon la DAP à une avancée significative de notre statut.

Après deux ans de palabres et de réunions inutiles, nous ne pouvons que constater aujourd'hui que cette évolution statutaire pourtant commandée à la DAP par le Ministre de la Justice et des libertés en personne, semble s'être égarée dans les méandres de la rue du Renard.

Les CAP passent, les arguments se succèdent mais rien n'y fait. On nous indique que le projet de réforme serait rédigé mais toujours pas transmis. On nous précisait hier avec une courtoisie gênée que le dossier était ici ou là, sans vraiment pouvoir nous dire où il se trouvait réellement. Bref ! Après 24 mois d’errance, nous ne pouvons que constater l'échec de notre avancée statutaire alors que tout était théoriquement pourtant réuni pour y parvenir.

L'évolution statutaire des DSP froisserait-elle certaines corporations ? Il faut bien avouer que cette volonté farouche constante de ne pas faire aboutir notre réforme crée un véritable malaise.

Les directrices et directeurs des services pénitentiaires ont fait preuve de beaucoup de patience dans ce dossier.

Il est de notre devoir de vous indiquer que ces limites sont aujourd'hui dépassées et que les conséquences de la démission de notre Administration dans ce dossier ne viennent que confirmer l'absence de soutien à l'égard de ses directeurs.

FO-Direction restera quoi qu'il en soit mobilisé pour que cette évolution légitime des DSP puisse trouver rapidement son aboutissement.

La seconde particularité de cette réunion de la CAP concerne bien évidemment la forme expérimentale du recueil des candidatures qui à l'inverse de ce qui était recherché, génère une opacité exacerbée qui est loin de garantir la transparence que les directeurs souhaitaient.

Nous avions réclamé lors de la présentation de cette expérience le 02 avril 2012 des publications encadrées voire limitées de listes de PSDV permettant aux collègues en quête d'une mobilité d'orienter leurs voeux de la manière la plus pertinente possible.

Nous savons par ailleurs qu'au-delà des potentiels tiroirs, que de nouvelles candidatures apparaissent après la première publication des postes vacants. Cet état de fait associé à l’écran de fumée accompagnant les candidatures spontanées, ne fait que favoriser des candidatures exclusives de réseau qui renforce encore plus le sentiment que tout est joué d'avance. Il y a ceux qui savent et les autres ...

Les autres corps de catégorie A sont informés des PSDV pouvant se faire jour chez les DSP ? Les directeurs des services pénitentiaires auraient-ils un traitement de faveur ou plutôt de défaveur, en étant tenus dans l’ignorance de ce qui est proposé aux autres corps ? C’est le cas par exemple de l’emploi de Chef de bureau RH5.

FO Direction

img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }