CAP du 21 juin 2013 - Déclaration liminaire

Monsieur le Président,

La vie administrative va-t-elle reprendre son cours, morose et sans espoir ?

La page serait-elle, simplement, tournée ?

Certainement pas. Rien ne peut être comme « avant ». Les D.S.P., fortement mobilisés au cours du dernier trimestre 2012 ont manifesté clairement leur volonté de reconnaissance par une Institution qui les ignore et parfois les méprise. Cette exigence de « considération » vous a été sans ambiguïté rappelée à la Maison de la Chimie.

Les élections professionnelles organisées, ou plutôt désorganisées, ont conduit à leur annulation. Nous revendiquons, pour tous les DSP, le droit d’exprimer leur choix, quel qu’il soit.

Le taux très élevé de participation doit être perçu comme un message très clair délivré par les DSP, de voir leurs représentants élus porter leurs revendications légitimes. C’est cela, la démocratie sociale.

FO-Direction a toujours exprimé et défendu des positions de principe au sein des CAP. Il existe des textes et ces textes doivent être appliqués et respectés. Il est déplorable de constater qu’au sein de cette Administration, la tentation de dérive l’emporte souvent sur le respect des hommes et des femmes qui servent loyalement l’Institution.

Pensez-vous qu’il soit normal et sain que les tribunaux administratifs sanctionnent des décisions à l’évidence irrégulières, sur lesquelles votre attention avait été appelée ?

Nous espérons, au moins pour cela, que la page est définitivement tournée et que vous aurez le souci de faire respecter le bon fonctionnement de la CAP et les dispositions statutaires relatives aux conditions de la mobilité et de l’avancement.

Notre vigilance, en tout cas, ne sera pas prise en défaut.

FO-Direction espère voir aboutir très rapidement la finalisation de notre réforme statutaire engagée en 2007. Les engagements et les promesses n’ont pas été respectés.

Que pouvez-vous nous dire aujourd’hui ?

Certains, bien intentionnés, ont voulu faire croire que l’annulation des élections professionnelles avait freiné voire arrêté les discussions avec les syndicats de directeurs.

Ce coup tordu, terriblement médiocre et perfide, doit être rappelé et dénoncé.

Nous savons bien, après confirmation par le Cabinet de la ministre, que l’avis de la DGAFP a été reçu au mois de mai et que rien n’aurait pu être engagé au cours des derniers mois, concrètement.

Le 5 juillet prochain, les DSP sauront si vous avez su porter avec ambition un projet de statut digne de la disponibilité, de l’engagement et du dévouement consacrés à leurs missions.

Dans le cas contraire, la patience cèdera la place à une légitime démonstration de protestation et de revendication, au moins égale à celle du 28 mai 2013, exprimée Place Vendôme.

La CAP est un espace démocratique qui doit permettre au dialogue social de prendre du sens et la reconnaissance des partenaires sociaux.

Il est de votre responsabilité entière de ne pas travestir cette instance paritaire en la vidant de sa substance.

Je souhaite, enfin, vous faire part de notre surprise en constatant qu’un rapport d’inspection puisse être communiqué à la Presse. Des explications sur l’affaire de REAU me paraissent donc devoir être portées à la connaissance de la CAP.

 

Jimmy DELLISTE,
Secrétaire Général

img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }