Isabelle GORCE, DAPLa Directrice de l’Administration Pénitentiaire, Isabelle GORCE, et la Sous-directrice des Ressources Humaines, Fabienne DEBAUX, ont reçu durant plus de 3 heures une délégation FO-Direction composée de Jimmy DELLISTE, Secrétaire Général, Bernard LEVY, Secrétaire Général Adjoint, Patrick WIART, Trésorier Général et Xavier VILLEROY, Secrétaire National, le mercredi 21 janvier 2015.

Concernant le dossier statutaire

Sur ce dossier, le Secrétariat Général du Ministère de la Justice a saisi le guichet unique de la DGAFP en fin d’année dernière, le retour devrait intervenir très prochainement et selon la Directrice, ce dossier est en bonne voie.

Notre délégation a rappelé les attentes fortes des DSP et nos demandes spécifiques pour la reconnaissance du corps en A+. Une communication sera opérée très prochainement à ce sujet dans la Lettre des cadres.

La logique de sécurité nationale et le contexte d’évolution des missions permettront un appui politique du Cabinet afin que ce dossier aboutisse enfin.

Dans l'attente de cette réforme statutaire, FO-Direction a réclamé le réexamen et l'augmentation du contingent de DSP Hors classe pouvant bénéficier de l'échelon fonctionnel.


Concernant l’IFO et les notations


Nous sommes revenus sur les difficultés rencontrées par les collègues concernant l‘attribution de l’IFO en fin année. L'absence de communication a renforcé l'absence de lisibilité et de transparence.

Pour certains, aucune notification. Tardive, mi-janvier, pour d’autres.

Ainsi, certains DISP ont appliqué une politique dénuée de toute logique sans considération du travail réellement accompli, au mépris de collègues, injustement dévalorisés.

Aucune évaluation, pas de notations pour certains collègues depuis plusieurs années, comme pour la DISP de Marseille ou Lille. Cette situation porte ainsi préjudice aux collègues qui ne peuvent alors bénéficier des réductions dans la durée d'échelon.

La Directrice nous a annoncé vouloir réexaminer ce qui est intervenu en fin d’année et compte bien donner des consignes à ses services.


Concernant la fusion des corps DSP-DPIP


Notre organisation qui s’était déjà clairement positionnée, notamment bien avant les élections qui ont  confirmé que nous restions majoritaires, a réaffirmé son refus de fusion des corps DSP-DPIP avec la perte d’identité de chaque corps et des missions spécifiques et respectives.

Ne serait-ce que sur le plan des sujétions, les contraintes de service imposées aux DSP ne peuvent être comparées à celles des DPIP.

Les missions par ailleurs, si elles sont complémentaires, ne peuvent être comparées.

La Directrice nous a précisé qu'aucun projet n'était à l'étude par la DAP pour envisager une fusion de ces deux corps.

Concernant la problématique des logements de fonction


Notre organisation a été saisie par plusieurs collègues qui ont l’obligation, à l’occasion d’une mutation, d’occuper le logement de fonction prévu dans le parc pénitentiaire et qui parallèlement doivent acquitter un loyer puisque la superficie plus grande ne correspond pas au nombre réel d’occupants.

Sans avoir de solution à ce problème, la question a été reposée de la vente des logements domaniaux et de la location adaptée à chaque situation familiale dans le parc locatif.  


Concernant la politique de communication des chefs d’établissement


Souvent sollicités au plan local par les médias, les chefs d’établissement, même sur des sujets peu sensibles, ne reçoivent souvent pas l’autorisation de communiquer. Ou pas de réponse.

Sollicités par les médias, le refus de communiquer de certains responsables contribue souvent à augmenter la polémique dans l’opinion publique et disqualifie l'Administration.

A ce sujet, la gestion désastreuse par la DISP de Marseille de l’incident facebook aux Baumettes, dans un premier temps caché à l’Administration Centrale puis non traité au niveau régional, par un refus d'information des médias, a été un bel exemple d’échec de communication qui a placé la DAP en difficulté.

Notre organisation milite pour que les chefs d’établissement lorsqu’ils estiment être en capacité de le faire, avec les éléments de langage déterminés au préalable, puissent s’exprimer en qualité de cadres. Certains suivent d’ailleurs à ce sujet régulièrement des formations au Média-training.

Cette possibilité parfois hésitante en matière audiovisuelle ne doit plus exister. Selon nous, avec la presse écrite et sur des sujets sereins et non polémiques, les chefs d'établissement sollicités sont les mieux placés pour communiquer.


Concernant les sujets d’actualité


La Directrice est revenue sur l’expérience de regroupement de certains détenus au CP de Fresnes qui a été visité récemment par Madame la Garde des Sceaux.

Indépendamment du regroupement, il convient de s’interroger à la fois sur la notion de repérage du comportement et donc sur les instruments de repérage et sur les divers programmes qui peuvent ensuite être mis en place afin de déradicaliser ou désengager ou désendoctriner ces personnes détenues repérées comme radicales.

FO-Direction, à l'occasion de cet échange et à l'issue de son audition par le Cabinet de la ministre, a exposé ses propositions   (Cf. communiqué n° 16 du 28.01.2015 "la lutte contre la radicalisation : un sujet complexe !")

A ce sujet, la Directrice nous a informés qu’une association de victimes d’Attentats avait accepté de travailler en lien avec la DAP sur la notion de prise en charge et de programme.

Parallèlement, dans le cadre de la réorganisation de la DAP, nous avons réaffirmé notre crainte de voir la Sous-direction EMS « démantelée » et fondue dans d’autres sous-directions.

La Directrice nous a informés de la création prochaine d’une cellule de recherche et de développement et de diverses expérimentations de brouillage de télécommunications. La rédaction d’un cahier des charges dans certains établissements, serait en cours.

Par ailleurs, un renfort en personnel à EMS 3 a été sollicité et obtenu.

Ainsi indépendamment d’effectifs supplémentaires à la DAP, la Directrice a demandé l’affectation et la formation d’un officier, responsable exclusivement du renseignement par établissement.

En fin d’entretien, la Directrice nous a informés de son souhait de créer un poste de Directeur de Cabinet qui ferait ainsi le lien transversal avec les différents services de la DAP.

Nous avions, au titre de nos positions sur la réorganisation de la DAP, déjà suggéré cette création il y a plusieurs mois, afin de rendre plus opérationnels les services du Cabinet.

FO-Direction

 

Nos actions

Aucun événement
img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }