Participation à la réunion élections professionnelles

bulletin de vote

Le 8 juin 2018, FO DIRECTION a participé à la réunion de préparation des élections professionnelles.

Dans la perspective du scrutin qui se déroulera le 6 décembre 2018, Madame REYNES, Adjointe à la sous-directrice des statuts du dialogue social et de la qualité de vie au travail, a conduit cette réunion.

Elle était assistée de Monsieur Frédéric BOUCLY Chef du Bureau de l'Animation du Dialogue Social ayant pris ses fonctions le 1er mars dernier SG.

 

Divers points ont constitué l'ordre du jour :

1/ Calendrier/Étapes Élections Professionnelles ;

2/ Listes de diffusion GED (Gestion Électronique des Documents) ;

3/ Point de situation sur les marchés publics ;

4/ Remontée des résultats ;

5/ Questions diverses.

Présentation Plan de formation national 2019

Madame Gaëlle VERSCHAEVE, a représenté FO-DIRECTION lors de la réunion du 5 juin 2018 relative à la présentation, par la Direction de l'Administration Pénitentiaire, du plan de formation 2019.

Il s'agissait pour la Direction de l'Administration Pénitentiaire tant de décliner les grandes orientations ainsi que les enjeux du Ministère que de recueillir les observations des organisations professionnelles.

formationAinsi, l'administration a la volonté de développer le E-learning, axe prioritaire pour lequel le Ministère se dit disposé à l'octroi d'un financement visant à ce que soient mis en place des outils permettant aux agents de se former en toute autonomie.

De plus, l'objectif du plan de formation 2019 est aussi de garantir cinq jours de formation continue par agent. Ainsi, l'administration souhaite pouvoir déterminer un socle commun par corps de métier visant à donner aux agents des outils adaptés à leurs profils afin que l'agent soit clairement positionné dans son parcours de formation. Cela impose d'avoir une bonne connaissance des publics.

Les trois enjeux stratégiques suivants ont clairement été énoncés : renforcer la gouvernance du processus formation, accompagner les agents tout au long de leur carrière et développer l'offre de formation (uniquement au sein des directions «justice»)

Pour les cadres (DSP/DSPIP/DT), il est question de mettre l'accent sur les thématiques suivantes :  véritable management opérationnel (briefing, retour d'expérience), déontologie, Risques Psycho-Sociaux, accompagnement au changement et d'opter pour des formations communes DSPIP/DSP notamment en terme de gestion de crise et de management.

Pour le Bureau National

Le Secrétaire Général adjoint

Philippe LAMOTTE

Concertation ELSP

logoFO-DIRECTION, Organisation professionnelle majoritaire des Directeurs des Services Pénitentiaires, s'est vue concerter par la Direction de l'Administration  Pénitentiaire le lundi 28 mai 2018 dans le cadre de la préparation de la doctrine relative aux Équipes Locales de Sécurité Pénitentiaire (E.L.S.P.).

Ainsi, si les textes amenés à régir ces équipes ont été énoncés (arrêtés portant sur la gestion des agents affectés dans les équipes ELSP, PREJ, ENT et UH, circulaires respectives portant doctrine d'emploi de ces équipes, …), FOD  a pu faire valoir ses observations tant en ce qui concerne l'organisation de ces équipes, que de la sélection et de la formation des agents, en passant par les modalités d'habilitation et les missions exercées.sécurité pénitentiaire

Il s'agissait également de passer en revue les mesures préalables (détermination du niveau d'escorte de la personne détenue, dossier opérationnel), d'évoquer la préparation de la mission (fiche de mission, détermination du niveau de sensibilité de la mission, choix du moyen de transport, utilisation des moyens de contrainte, composition de l'escorte, prêt de main forte des FSI) pour aborder enfin la question de l'équipement des agents (port de l'uniforme ou non en fonction des contraintes, armement, …).

 

Pour le Bureau National

Le Secrétaire général adjoint

Philippe LAMOTTE

Nous ne devons pas être des boucs émissaires...

 

plumeLes maisons d'arrêt parisiennes atteignent des taux historiquement hauts avec plus de 180 % de surpopulation.

La majorité des établissements fait face à une situation critique en terme de Gestion des Ressources Humaines (G.R.H.) avec des organigrammes de référence parfois sous-calibrés et des effectifs disponibles inférieurs aux besoins identifiés.

Dans ce contexte de tensions, chaque crise devient un prétexte pour accuser l'autorité hiérarchique locale qui devient le bouc-émissaire d'une colère souvent légitime mais aveugle.

Ainsi, les Directeurs des Services Pénitentiaires sont les premiers à être accusés de maltraitance à l'égard des personnels alors qu'eux mêmes essaient, autant que faire se peut, de maintenir le navire à flot avec une totale abnégation.

Les suicides récents de deux surveillants à la Maison d'Arrêt de FLEURY-MEROGIS sont des événements tragiques qui affectent toute l'institution. Malheureusement, l'exploitation maladroite de la situation peut devenir un exemple de plus du rôle de fusible institutionnel et expiatoire endossé par le directeur de proximité aux yeux de ses personnels.

img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }