"Conditions pénitentiaires"

« CONDITIONS PENITENTIAIRES »

Mardi 7 juillet, alors que tous les regards étaient tournés vers les passations de pouvoir organisées dans plusieurs ministères dont le nôtre, nous apprenions qu'un peu plus tôt dans la nuit, des individus armés de fusils d'assaut se sont introduits sur le domaine du centre pénitentiaire de Grenoble-Varces et ont tiré une rafale d'une vingtaine de balles sur les véhicules de service de l'établissement. La place de stationnement utilisée par la direction était-elle visée ?

Heureusement, seuls des dégâts matériels sont à déplorer. Mais alors que les auteurs de cette attaque aux allures d'avertissement sont encore dans la nature, la direction de l'établissement ainsi que l'ensemble des personnels vivent et travaillent dans l'inquiétude.

Nous leur apportons notre total soutien !

Depuis 2008, c'est le quatrième incident de ce type qui frappe le CP de Grenoble. Plus généralement, ces derniers mois, nous avons assisté à une recrudescence d'attaques sur les domaines pénitentiaires notamment contre des véhicules de l'administration. D'ailleurs, au moment où nous écrivons ces lignes, nous apprenons que des véhicules ont été incendiés la nuit dernière sur le parking des personnels du CP de Borgo...

Le sujet de la densité carcérale a récemment fait couler beaucoup d'encre et réactivé un débat absolument nécessaire sur le développement des alternatives à l'incarcération et la mise à niveau du parc pénitentiaire. Mais les attaques contre les CP de Grenoble et de Borgo rappellent aussi les risques considérables assumés au quotidien par tous les personnels de l'administration pénitentiaire.

La « condition pénitentiaire » des personnels, souvent mal comprise et moins médiatique que d'autres, appelle une reconnaissance à la hauteur du dévouement discret mais sans faille de ses agents.

Lors de la passation de pouvoir place Vendôme, Monsieur le Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, a tenu à assurer les personnels pénitentiaires de « son indéfectible soutien ». Nous saluons cette volonté qui nous rappelle les mots d'un célèbre avocat devenu lui aussi Garde des Sceaux :

« Au long des rencontres avec les personnels pénitentiaires, et à l'occasion de mes nombreuses visites dans les prisons où je m'attardais volontiers, je prenais conscience d'une donnée : toute réforme est vouée à l'échec si les personnels ne ressentent pas au même moment que le ministre s'intéresse aussi à leur statut, à leur condition de travail, qu'il est le ministre des personnels autant que celui des détenus. Leurs sorts sont liés, et qui veut améliorer la vie carcérale doit prendre en considération ce lien indissoluble. Je m'appliquai donc, avec les directeurs de l'administration pénitentiaire, à améliorer la condition des personnels. »

                                                                 Robert Badinter, Les épines et les roses.

 A méditer...

 

 

 

img.responsive { max-width : 100%; height : auto; }